mardi 13 juillet 2010

L'année de la biodiversité (N°5)
Un petit président petit.
(Pour une fois Croa regarde la télé !)


Hier au soir, 12 juillet 2010, les "Guignols" étaient déjà en vacances ! Par chance ce soir là nous avions mieux au programme, au moins en théorie, puisque le vrai Président de la République en personne recevait David Pujadas à l'élysée et tous les français qui le voudraient bien grâce à France 2 télévision. En plus, ce rendez-vous étant supposé important, autant ne pas rater ça ! Ce fut facile finalement puisque l'émission commença à 20h15, ce qui avait laissé une bonne marge aux habitués des guignols.

La discussion n'a malheureusement pas été marante. Nous n'avons jamais ri, ni au premier, ni au second degré. Nous n'avons même pas ri jaune ; Nous avons juste été consternés.

Nous avons entendu un Président plus petit que jamais, mesquin, menteur, méchant et frivole face à un Pujadas surprenant qui osait risquer quelques petites impertinences.

La discussion commençait fort mal sur les scandales politiques du moment, des trucs récurrents sans grand intérêt vu la faible intégrité notoire des gouvernants actuels sur lesquels plus rien ne reste à prouver… Un bon quart d'heure fut ainsi perdu de même que, je suppose, quelques téléspectateurs.

Comme tout vient à point à qui sait attendre, il fut enfin question de nos pensions de retraite et de «la réforme». Cela valait la peine car les masques tombaient aussitôt ! Monsieur Sarkozi présentant l'avènement antérieur d'une retraite à soixante ans comme « une erreur historique », enchaîna aussitôt avec une de ses locutions favorites disant que « nous n'avons pas les moyens de faire cela», des paroles que nous réentendrons plusieurs fois ! Dans le même élan, c'est aussi un gros menteur qui se révèle à nous puisqu'à l'évocation d'une hypothétique diminution des pensions de retraite il affirmait sans pudeur aucune : « Je m'y refuse !»
Et à propos «d'erreur historique », un même habillement sera taillé sur les 35 heures. Contre celles-ci, il présenta justement les affranchissements concédés aux heures supplémentaires comme un moyen de neutraliser la réduction du temps de travail, ce qu'on savait déjà. C'est toutefois bien qu'il l'ait dit, révélant ainsi un mesquin travail de sape et en passant ses actes de classe… Nous n'en attendions pas moins d'un avocat d'affaire, l'étonnant étant jusqu'à présent la complicité mutique des médias. Ce n'est pas tout et notre Président avait encore des trucs à dévoiler! De plus en plus petit à mesure qu'il parlait, il y mit des formes et une certaine douceur mais osa aller au fond de son cœur et nous avouer quelques perversions vénales qu'il savait peut-être déjà connues de tous... Il nous dit que, certes, on ne saurait adorer l'argent mais qu'il est tout à fait bienséant de s'en accommoder ! (En fait je ne me rappelle plus des mots exacts mais que ces choses étaient bien dites !)

Avec des mots de haine le sommet fut atteint. Oui, il y a des gens qui ont des problèmes avec leurs enfants… Mais pourquoi faudrait-il, en plus, les punir de ça ? Pour ajouter du malheur au malheur ? Monsieur Le Président, ça ne vous viendrait pas à l'idée que ces gens auraient plutôt besoin d'aide ? Ou au moins besoin d'espérer ? Par un bilan objectif de la situation sociale actuelle créatrice d'exclusions ce serait possible… Mais non, pour vous il faudra toujours rajouter de l'exclusion à l'exclusion et de la haine au désespoir ! Le pire étant que là, vous ne nous décevez même pas car il y a longtemps que nous vous connaissons !

Au bout d'une heure environ, enfin un peu de détente puisqu'il fut question de foot. Non pas que ce soit réjouissant mais à coté de ce que nous venions d'entendre, ce sujet banal et anodin fut comme une bouffée d'air frais. Nicolas nous aurait parlé de la bonne manière de peigner une girafe, ça aurait été bien aussi… Quoiqu'il prenait ça au sérieux, le bougre ! Bon, l'équipe française a perdu… La belle affaire ! L'affaire de onze types d'ailleurs, ce qui même pour eux n'est pas grave car il faut bien des perdants dans un jeu, non? Ce n'est pas l'affaire des français sauf pour les passionnés, lesquels sont sûrement conscient du domaine à y réserver. C'est encore moins, il me semble, celle d'un président, sauf à titre privé peut-être. Ceci dit, en faire une affaire d'état n'est pas grave, c'est juste futile, une bonne fin en somme pour un entretien globalement navrant.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire