dimanche 18 mars 2007

«En un combat douteux et insensé» n°5

Dimanche dernier notre président nous faisait une véritable déclaration d'amour... Mais comment certains (certaines ?) peuvent-ils encore s'y laisser prendre ?
Durant les premiers instants je n'ai entendu que des mensonges. Ce, jusqu'à ce qu'il déclame enfin une vérité : «Grâce aussi, et je le mesure bien, aux efforts considérables que vous avez consentis». Là, j'aurais voulu répondre : «Merci, Président, bien que nous ne soyons pas vraiment volontaires!»
J'en ai parlé à un collègue mais pour lui notre grand Jacques n'est pas un menteur car «son discourt était sincère»! Admettons... Pourtant, s'il ne ment pas c'est qu'il se trompe ; Serait-il vraiment «fier d'avoir garanti nos retraites» par exemple ? Cela me rappelle qu'un Maréchal avait, en 40, déjà garanti l'essentiel des intérêts Français en de «dramatiques circonstances» mais l'erreur était pourtant si grosse que celui-là avait fini sa vie en prison à l'île d'Yeu ! Celui qui termine son mandat ces jours-ci ira peut-être bien aussi d'ailleurs.

Vendredi les candidats à la succession devaient avoir déposé leur dossier dont les fameux 500 parrainages "anti-Coluche". Notre Jean-Marc n'est pas qualifié. C'est regrettable pour l'avenir mais c'était prévisible.
J'ai de mon coté "essayé de participer" à la collecte. Au début nous avons contacté des maires avec qui ça paraissait gagné d'avance parce que plus ou moins copain avec un membre de la FEA... Là, tout de suite le problème s'est révélé par des refus polis et des explications cordiales mais fermes! J'ai même eu droit à une franche déception de la part d'un ancien collègue de travail ! Inutile d'insister donc... Pourtant certains responsables y croyaient et l'affaire commençait à devenir peut-être possible début 2007 grâce au nombre d'acteurs possibles puisque nous avons dépassé les 500 délégués et aussi grâce aux alliances nouée par Jean-Marc pour cette élection avec d'autres "petits" candidats. Il était hélas déjà trop tard et je présume qu'un certain nombre d'édiles ne se sont tenus engagés que sur un nom mais peut-être pas par l'alliance réalisée... (?) Sur le terrain nous pouvions maintenant nous partager les démarchages. C'est ainsi qu'en Gironde nous avons démarché la quasi-totalité des petits villages, présumés moins réticents, ce s'est révélé faux notamment par l'argument «Moi, c'est pour personne !» si souvent entendu !
Maintenant que la cause est entendue, au fond quoi de plus normal ? Nous savons que le système politique Français bipolaire et présidentiel est à jeter. Avec le système également les hommes qui y ont fait leur trou, cela va de sois ! La FEA qui a comprit cela ne composera pas comme l'ont fait les Verts par exemple. Cela nous rend dangereux et il est normal que dans ces conditions aucun cadeau ne nous soit fait !

Courage, s'il reste un peu de démocratie dans le système en place nous y arriverons ! Nous y arriverons parce que c'est une condition de survie et que l'instinct de survie est en tout citoyen. Cet instinct est si fort que le monstre se révélera. Seront alors brisés leurres, mensonges et autres truquages destinés à entretenir une civilisation destructrice et un ordre corrompu.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire