vendredi 16 novembre 2007

«En un combat douteux et insensé» n° 18

Le mammouth frappé à mort

Les combats les plus douteux et les plus incertains sont ceux que l'on subit. En effet celui qui s'en prend à vous sait toujours ce qu'il fait. C'est rarement spontané, toujours prémédité et souvent parfaitement préparé. Par contre de votre côté, quand est passé le temps qui vous est nécessaire pour appréhender ce qui arrive, il est souvent trop tard !


Un ami m'a communiqué un message de détresse. Je l'ai reçu 5/5. Je conserve ce précieux témoignage ici... Des fois qu'il disparaisse du forum où il est né ! Ce qui me frappe dans ce texte est l'incompréhension dans laquelle se trouve l'auteur du message en ce qui concerne les tenants et les aboutissants : Il a pourtant tous les éléments en mains ! Le brave homme s'étonne que l'on s'en prenne à lui alors qu'il n'est pas "un nanti". Il ne comprend pas qu'on lui prenne une part de sa retraite, laquelle ne profitera à aucun plus malheureux que lui et pourquoi choisir de s'en prendre à sa corporation plutôt qu'à une autre ? Certes, il cherche bien quel pêché il peut avoir commis, n'en trouve pas et nous annonce, presque honteux, qu'il va lutter pour défendre son avenir, s'excusant par avance de nous «pourrir la vie pendant quelques jours».

L'homme n'a pas compris une chose : Sa grève est politique ! Ô, pas pour lui qui ne fait que défendre son bout de gras. Lui sait que «l'allongement des années de cotisation» n'est pas faite pour travailler plus mais pour rendre inaccessible à beaucoup le droit à une retraite normale. Il sait aussi qu'il risque de perdre un bon morceau des surcotisations déjà versées... Mais il n'a pas réalisé, ou ne veut pas voir, qu'il y a un Monsieur qui voulait ce "conflit". Ce Monsieur est président de la république... Mais comment ne pas discerner qu'il s'agit d'une attaque politique ? Pour le cheminot cette grève semble normale, légitime et juste pécuniaire. Erreur camarade, tes sous ne sont pas l'enjeu ! Arrête donc de t'étonner des initiatives de Madame Idrac ! Oui, l'opération va finalement coûter au lieu de rapporter... Et alors quelle importance ? C'est comme je le dis, l'enjeu est P O L I T I Q U E . Et c'est Monsieur Sarkozi qui en a voulu ainsi. Secrètement, ce Monsieur veut monter qu'il est le maître. Il rêve de casser la CGT et son fer de lance qu'est la fédération cheminote. Il veut faire comme Madame Tatcher, cette "dame de de fer", certainement un modèle pour lui, qui a cassé les syndicats des mineurs d'outre-manche !

Les syndicats achevés, car on ne peut dire qu'ils soient brillants, c'est un boulevard qui s'ouvrira pour l'investissement qui pourra désormais tout se permettre sans pudeur aucune.

Pour atteindre ses objectifs le Monsieur Président de la République abat tous ses atouts. Presse et télévisions aux ordres sortent l'artillerie lourde dont beaucoup de médisances. Et notre cheminot de s'étonner des «idioties qui circulent sur la SNCF» et lui-même qui aurait presque honte de la gêne occasionnée !

Je voudrais dire à notre ami cheminot : « Ami, pense à toi d'abord, à ta famille et tes amis ! Certes pour nous, usagers, ce n'est pas drôle mais s'il y a une place que l'on n'envie pas, c'est bien la tienne ! Alors tiens bon si tu peux le faire ! »




Aucun commentaire :

Publier un commentaire