lundi 2 février 2009

Ma cabane sur le Bassin.

N°2 - Les charpentiersReste un tronc


Cette semaine il a fallu parer au plus pressé... J'ai donc mis un peu d'ordre dans le jardin et même dans les environs. Nous avions un magnifique pin lyre. Klaus l'a écartelé et ses deux branches barraient la rue. Cela n'aurait pas dû arriver ! Après ce qui s'était passé en 1999 j'avais cru bon de l'empêcher de grandir, lui avait donc coupé la tête juste au dessus de deux belles branches. Comme prévu celui-ci s'était donc transformé en pin-lyre magnifiquement trapu et rond donc beau, costaud et forcément apte à affronter toutes les tempêtes. C'est donc raté bien qu'il ne se soit pas couché comme les autres mais ses deux belles branches ayant cassé au niveau du noeud il ne reste plus de lui qu'un vilain tronc, bref il est foutu !

Occupé à débiter le cadavre, un voisin m'interpelle pour me demander depuis quand je dispose de l'électricité (ma tronçonneuse est électrique.) Celle-ci était revenue mardi à 21h ce qui démontre qu'en ce moment il y en a qui ne comptent pas leurs heures! Cette ardeur laisse admiratif ce qui ne suffit pas au voisin, toujours privé d'énergie mais qui comprend bien les difficultés des compagnons électriciens. Parlant de choses et d'autres nous en venons à la maison. C'est aimablement qu'il m'explique l'avoir toujours connu et pour cause, Madame Lacaze qui nous l'a vendue était de sa famille autrefois propriétaire de larges parcelles du quartier, quoique ces terrains soient agricoles à l'époque. C'est Monsieur Desgand, aujourd'hui décédé, charpentier à Canauley (hameau boïen), qui l'a construite en 1958 contre la cabane préexistante. Quoiqu'il ne soit pas sûr de l'antériorité de la dite cabane car une seule chose est sure, cette partie n'est pas de facture professionnelle ! De mon coté je l'informait du devenir de la maison et de sa liaison naissante avec l'astre du jour lorsque nous fûmes interrompu par l'arrivée d'Emmanuel, le jeune charpentier chargé de préparer la mariée.

(à suivre)

Aucun commentaire :

Publier un commentaire