vendredi 2 mai 2014

Le chameau à trois bosses : Les problèmes...


Durant lesquels Internet fut indispensable et aussi le contact direct...


Nouveau système de régulation
du niveau d'eau
Le nouveau moteur fonctionne ! Ça n'a pas été sans mal et j'ai bien cru un temps m'être bien fait posséder sur la marchandise. Internet m'a bien aidé, le contact direct aussi. Il faut dire que lorsque tout fût monté, modifications inactives c'est à dire pas encore branchées, rien ne fonctionnait et en tout cas pas le moteur... !
Sauf lorsqu'un vendeur certifie que la courroie de distribution est neuve il faut toujours changer cette pièce sur un moteur d'occasion avant de le monter. Lorsque j'ai changé celle-ci les compressions me paraissaient faibles... D'où une petite angoisse qui aurait pu se transformer en désastre et en effet quand tout fut prêt impossible de démarrer : Le démarreur tournait mais le moteur ne démarrait pas ! Comme à chaque fois dans ces cas là il faut tout vérifier. Les bougies l'étaient déjà mais en continuité électrique seulement. J'en ai donc vérifiées une à une carrément le fonctionnement : Oui, elles rougissent bien ! Il fallait aussi vérifier l'injection ce qui consiste à faire tourner au démarreur le moteur sans ses bougies et du brouillard doit alors sortir par les trous : Oui, les injections fonctionnent aussi ! Reste mon angoisse... Je fais tourner mon vilbrequin à la main, c'est à dire à la clef de 22 : Ç'est tout de même bien mou ! Bref, me voilà acquis à la conclusion que je m'était fait refiler un moteur mort. Le lendemain explications chez le vendeur qui ne comprends pas. Ce monsieur semble sincère à moins qu'il ne soit très bon comédien. De plus il veut bien reprendre le moteur, perspective incontournable qui n'arrange personne puisqu'il faut tout recommencer et mollement je cherche un autre moteur. Ces temps ci il n'y en a plus en Gironde par le bon coin... Demain (?) j'irais voir les casseurs à Audenge et dans l'attente je surfe sur Internet et trouve des conseils dont celui d'un casseur en ligne qui préconise de toujours faire tourner les moteurs longtemps arrêtés une minute au moins sans les bougies et injection coupée avant toute tentative de démarrage car cela réparti l'huile et que « c'est important ». Justement j'avais bien fait tourner le moteurs sans bougies mais pas sans bougies et sans injections : Pourquoi ne pas essayer ça après tout ? Je fais cela pendant une bonne minute vue que sans bougies le démarreur ne risque pas de chauffer ! Là, je reconditionne mon moteur pour un démarrage. Contact, préchauffage, la petite lumière témoin du préchauffage s'éteint, démarreur... Rien mais j'insiste longuement tout en accélèrant franchement d'autant que cette mécanique qui maintenant ne semble rien valoir n'a plus à être ménagée. En général lorsqu'on insiste c'est la batterie qui souffre bien que le démarreur endure pas mal aussi avec ce genre de manip... 
Bruit connu : Mais ça tousse on dirait... ?!  J'insiste encore : Ça part !  Le moteur démarré je lève un peu le pied et... Le moteur s'arrête ! C'est cependant encourageant. Comme ça fume un peu du coté du démarreur je laisse le tout se reposer un bon moment avant de remettre ça. De toute façon ce ne sera pas possible sans une nuit de recharge en ce qui concerne la batterie...
Bref, après moult autres essais avec généralement de fortes fumées grasses à l'échappement, remplacements un à un des injecteurs (ceux du vieux moteur étaient bons) et fréquentation des forums de mécanique je fini par résoudre le problème : Il se trouve que j'étais tombé sur un moteur équipé d'une pompe hors gamme telle qu'il avait été impossible de la monter à l'origine conformément à la gamme de la RTA et qu'il fallait décaler d'un cran sa poulie crantée par rapport aux repères marqués la courroie neuve et par rapport au blocage du moteur en ce qui concerne cette poulie qui commande les injections !

Le nouveau moteur, finalement, tourne comme une horloge et c'est là une bonne chose. Il est maintenant équipé de ses 4 injecteurs remis à neuf, ce qui m'a coûté plus de 100 € mais bon, d'un autre coté c'est recommandé pour les moteurs de cet âge ! 

Passons maintenant aux essais avec l'économiseur: Je fais le plein d'eau... Et ça dégouline de partout ! J'exagère : en fait ça déborde au niveau du système à niveau constant ce qui revoie de l'eau à la sortie vapeur.
Donc nouveau problème, mon mécanisme à niveau constant fonctionnait pourtant lorsque je l'avais essayé sur l'évier avec des bassines et quelques tuyaux ! J'ai bien sûr encore perdu pas mal de temps, insistant parfois dans de mauvaises directions. Puis je me suis fait un autre système qui lui non plus n'a pas été très efficace au début... Car il fallait un système à fermeture plus forte que je l'imaginait vu qu'il semble bien que la poche à eau de randonneur utilisée comme réservoir d' eau délivre une pression plus forte qu'en théorie vue la faible différence de niveau (ces réserves n'ont pas d'évent et la poche s'écrase en se vidant.) J'ai tout de même réussi a me faire un système à niveau constant fonctionnel. J'ai, pour ce faire, utilisé un filtre à carburant jetable de taille moyenne, c'est à dire juste assez gros pour qu'une balle de ping-pong puisse y entrer. Je l'ai ouvert en deux et j'ai jeté ce qui était dedans, à savoir le filtre sale. J'ai inséré une valve de bicyclette récupérée sur une vieille chambre à air dans la tubulure haute du boîtier de filtre et j'ai monté la soupape de cette valve en bout d'une tige collée en travers d'une balle de ping-pong. La tubulure basse est à relier au bulleur et la tubulure haute au réservoir d'eau (enfin : à la poche à eau!) et l'ensemble doit être correctement positionné en hauteur par rapport au bulleur tubulaire. Ce système là semble fonctionner au poil... Mais ça n'a pas été sans mal !



Aucun commentaire :

Publier un commentaire