samedi 21 janvier 2006


"L’apocalypse ne sera pas pour demain" n° 3 Janvier 2006

Cette semaine notre président s'est exprimé à propos de défense.
Cela me rappelle aussi que je n'ai pas abordé la problématique des violences internationales dans "Coup de bec".

L'homo sapiens a été capable de concevoir de terribles moyens d'auto destruction. Les Français disposent en particulier de ce qu'ils ont appelé "la force de dissuasion". Ce truc est tellement dangereux qu'il est fait pour ne pas servir, d'où son nom. Nous pouvons considérer que s'en servir contre une force disposant d'un truc similaire serait un suicide pour le peuple de France… S'en servir contre des gens ne disposant pas d'un truc similaire est un crime. Là, nous pouvons facilement comprendre que le second usage est quant même le plus facile ! Heureusement, jusqu'à présent cet usage n'était explicitement pas prévu et même officiellement exclu. Bon, on pourra dire ce qu'on veut de notre président, que c'est un voleur ou un menteur par exemple, cela n'empêchait pas un minimum de confiance… Surtout venant d'un monsieur qui avaient assuré sa réticence «à tuer des gens» lorsque furent perçus des bruits de botte au Moyen-Orient.
Las ! Déception ! Le voilà qui déclare à propos d'actes qualifiés de "terroristes": «… cette réponse peut être conventionnelle. Elle peut aussi être d'une autre nature». Et même : «Nous sommes en mesure d'infliger des dommages de toute nature à une puissance majeure qui voudrait s'en prendre à des intérêts que nous jugerions vitaux. » Cela réouvre de manière angoissante le débat sur le nucléaire militaire !
Sincèrement et dans l'immédiat, ces paroles de Super-Menteur ne m'angoissent pas. Mais l'avenir sera plus périlleux dès lors que Monsieur Le Pen, ou Monsieur Sarkosy, disposera du feu nucléaire. Pour autan le risque est le même chez nos partenaires et un désarmement unilatéral certainement risqué. Ce pour la même raison «sauf que c'est exactement le contraire!» §;o) (D'après Hergé)
Ne serait-t-il pas temps de définir l'usage de la Dissuasion dans la Constitution afin de graver dans le marbre le périlleux mode d'emploi de ce truc dangereux ?
( Lecteurs, faites connaître partout cette "Proposition Croa"… Que je passe enfin à la postérité !) §:o) =*


Plus généralement, d'où viennent les guerres ? Beaucoup de gens ont écrit à ce sujet des choses contradictoires. Pour ma part je constate que les conflits collectifs sont propres à l'espèce humaine. Les historiens de vieille école soutiennent qu'il y a toujours eu des guerres depuis qu'il y a des civilisations et même avant. Cette théorie est contestée grâce à l'existence démontrée d'au moins une civilisation américaine précolombienne ayant connu plusieurs siècles de prospérité sans conflits collectifs. La guerre n'est donc pas une fatalité.
Nous avons la chance de vivre aujourd'hui dans un havre de paix en France. Pour certains, ce serait grâce à l'Europe, pour d'autres, ce serait grâce à "la dissuasion"… à moins que ce ne soit qu'une chance qui dure? Dieu seul le sait ! Nous nous contenterons donc de constater qu'ailleurs, notamment en Afrique, d'autres humains ont moins de chance. Il est ainsi des endroits de guerres quasi-permanente. Des coins potentiellement riches mais où les habitants sont ne le sont pas… Les gens y sont pauvres mais pas au point de ne rien posséder: En ces endroits la mitraillette, objet plutôt rare et cher chez nous, se porte en bandoulière dans la rue! Cette tradition est si déraisonnable qu'elle ne s'explique que par de fourbes cadeaux extérieurs et par la soumission à une contrainte. A l'origine sûrement les richesses locales. Là bas, peu importe lesquels gagnent la guerre car toutes façons ils n'en profitent jamais. Les périodes de paix sont souvent courtes. L'état de guerre entre les hommes profite au système et certainement convient-il de ne pas chercher d'autres explications.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire