dimanche 13 avril 2008

Sarko bandit ( consultant c'est pareil !)

"La vie continue" n° 5

Le "consultant" s'occupe
de la Défense !


Caché derrière Croa il y a un type qui touche salaire, ou plutôt un traitement. Il fallait bien que je vous avoue ça un jour, celui où le fonctionnaire doit sortir de sa réserve!

Jusqu'à présent servir la République était une chance. C'en était une parce qu'on ne l'a pas choisi, généralement. Ceux qui font aujourd'hui ce qu'ils avaient projeté tout petits sont très forts ou plutôt un peu menteurs. Avoir su saisir sa chance est plus commun. Dans le genre, l'administration a longtemps été un truc pas mal comme point de chute. Il n'y a pas, dit-on, de sots métiers et tous font vivre nos villages mais la fonction d'état avait un plus, celui de ne servir que le public, où l'intérêt public, au pire la raison d'état lorsque celui-ci devenait aussi con qu'un arrogant patron. Etre un peu l'ouvrier du citoyen que nous sommes aussi, c'était pas mal au fond quoique cela se déclinait sous différentes formes présentant des différences d'intérêt. Donner le savoir aux enfants était certainement plus essentiel qu'essayer des armes mais en ce qui les concerne le pire serait d'en faire des marchandises comme les autres, ce qu'elles sont aussi déjà plus ou moins, hélas ! Servir l'état c'était parfois travailler contre ce que voudrait le "citoyen" mais là une «réserve» nous interdit d'être fainéant, quoiqu'il puisse se dire des fonctionnaires entre ceux qui se croient seuls à être obligés d'obéir. Mais être travailleur de l'état c'était l'honneur de se sentir plus directement utile et plus responsable par faculté de marier en sois ses passions de technicien avec l'apostolat de la fonction publique. En conséquence il était normal que le fonctionnaire soit protégé par un statut.

Cela est bien fini. L'univers travail où cohabitaient deux mondes, celui des services lucratifs, donc essentiellement marchands, et celui des services de l'état, publics ou régaliens, est maintenant en voie de disparition ! J'explique :
Croa debout

- Dans l'industrie ou le commerce c'est «Violence des échanges en milieu tempéré».

- Dans l'administration c'est "RGPP" ce qui signifie «Révision Générale des Politiques publiques».

Ce qui, en fin de compte, est du
pareil au même !



Par la RGPP il serait question de faire des économies, de personnels surtout, car le but n'est pas d'en faire dans l'absolu mais de dégager des marges, comme dans les affaires et d'achever ainsi un standard, celui du tout-commerce.


Ces derniers jours la Défense est en branle-bas. D'abord parce que nos syndicats bougent et informent, ensuite parce que la presse déjà parle trop, mais surtout parce que notre patron Hervé Morin tient à garder l'initiative quitte à prendre des risque de crédibilités en s'exprimant un premier avril.

Ce discourt a été suivi la semaine dernière d'emphatiques présentations prématurées des "réformes" à venir à Paris et dans chaque établissements. Invités à ces conférences les personnels ont été sages, comme d'habitude, votre serviteur y comprit. Personne n'a posé de question tant le discourt officiel était surréaliste mais certains ont su exprimer clairement qu'ils n'étaient pas dupes bien que la violence des échanges soit encore à sens unique, c'est à dire des représentants du "consultant" vers ses sujets, sachant les citoyens plutôt déficients, ces dernières années....


La vie qui continue n'est pas un long fleuve tranquille : Affaire à suivre.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire