mercredi 20 août 2008

"La vie continue" n° 11

Obscurantisme incontrôlé ou,
comment un parapluie se transforme en douche écossaise.

À votre avis, y a-t-il eu dans l'histoire un public conscient de sa sujétion et de vivre dans l'obscurantisme ? - Un doute s'installe ... Et si l'obscurantisme était immuable ?


Cette semaine a été marquée ici par le paradoxe des huîtres. Le Bassin d'Arcachon, tout comme l'océan juste à coté, n'est pas exempt de souillures. Cela peut générer des craintes pour nos délicieux coquillages, plus que pour nous qui les mangeons, mais par le maléfice de règlements inquisiteurs un mauvais sort leur fut jeté. Les sorciers, arrosés, se sont écrasés mais ne changent pas, hélas.

Les périls de notre époque sont sournois mais pour le moment ça va... Sauf pour nos "élites" qui s'angoissent passablement... Quant même un peu. Heureusement ceux-ci ont une arme secrète, à savoir l'obscurantisme supposé des masses ainsi que celui, bien réel, qui les anime eux-mêmes. Les trucs utilisés par les "élites" n'ont rien de secret. Ils consistent en dogmatiques axiomes qu'on ne peut tout simplement pas discuter. C'est très pratique, ils peuvent même constituer une protection contre les accidents de l'inapplicable «principe de précaution». Là, vous comprendrez comment ils procèdent pour prévenir les problèmes, à savoir décréter infaillibles des règlements-parapluie particulièrement bien verrouillés et de bonne apparences. Parmi les trucs qui marchent, commercialement et politiquement parlant, il y a les tests sur animaux. Scientifiquement c'est une aberration (si vous en doutez voyez ici) mais là est tout l'intérêt car ainsi les risques (politiques et commerciaux) sont parfaitement couverts : Quoi qu'il puisse arriver, «on aura fait tous les tests !». Cela rend d'immenses services à l'industrie pharmaceutique qui, comme chacun sait, vit essentiellement de fausses innovations. C'est la première raison qui fait que les pauvres bêtes des laboratoires n'ont pas fini d'en baver ! Il est bien sûr aussi d'autres raisons car le système s'est largement étendu et il n'est pas une substance du commerce dont on connaît pourtant depuis toujours les notoires inconvénients et tous les dangers qui ne soient testé sur animaux, histoire de remplir des fiches avec quelques chiffres plus révélateurs du degré de sadisme de notre espèce que de la nocivité de notre chimie par elle-même. De plus, suivant la mode "Monsieur Propre" qui fait si bien diversion en attendant ruine, nous faisons goûter quelques-uns nos mets par des souris. Il n'y aurait là rien à redire s'il s'agissait de nourriture normales pour ces petites bêtes et si les doses elle-même l'étaient… Mais il n'en est rien comme vous vous en doutez bien ! L'une des règles à suivre consiste à gaver d'huîtres ces petits rongeurs afin de voir comment elles digèrent ça et lorsque qu'une souris crève on interdit la vente des huîtres ! Ces derniers jours ce fut le cas et en pleine période estivale et de fêtes de l'huître vous imaginez le tohu-bohu!


À part ça les huîtres du Bassin sont parfaitement consommables. Sans excès et pas à tous les repas car ce serait le meilleur moyen de s'en lasser et… Sait-on jamais à force? Moi-même si on m'en offre six ou douze, je ne dirais pas non, période d'interdiction ou pas ! Juste un truc pour moi : ce sera sans saucisse vu la manière dont on élève ces pauvres cochons aujourd'hui. Et tant pis pour la tradition mais avec un petit blanc et une goutte de citron… Hum… N'est-ce pas déjà sublime ?

Il y a eu des manifestations. Un courriel envoyé par BAE (Bassin d'Arcachon Écologie) m'a même invité à soutenir ces pauvres Ostréiculteurs. Je n'y suis pas allé, non pas qu'ils n'aient pas mon soutient car ils l'ont mais je savais qu'il y aurait du monde et que probablement ils sauraient se faire entendre. D'ailleurs ces derniers jours… Miracle ! Nous pouvons manger nos huîtres ! Il y avait aussi que le vrai problème n'était pas posé, à savoir qu'on nous prend pour des cons et qu'on torture des animaux innocents.

Je ne peux, de plus, être toujours sur la brèche. Cela ne m'a pas empêché, samedi dernier 16 août d'aller aux Fêtes de Dax, dans les Landes. Il y avait là mes amis du CRAC, de la FLAC et d'autres mouvements anti-corrida ainsi que la FEA qui essayaient d'expliquer aux badauds les vérités de la tauromachie. Les pauvres n'étaient pas très nombreux et les deux boïens (moi-même et Marie-Dominique, habitants de Biganos) venus en renfort n'étaient pas superflus ! Le maire de Dax nous avait interdit la proximité des arènes mais nous avons trouvé au cœur de la fête un public moins fermé que d'habitude. En plus c'était bien car nous avions avec nous un groupe sénégalo-palois qui nous a donné un concert sublimement beau ce qui fait que nous avons passé une bonne journée…

§:o) Vraiment ! §:o)

Et pour les musiciens c'est : ICI

Aucun commentaire :

Publier un commentaire