dimanche 30 avril 2017

Lettre ouverte aux Insoumis soumis et aux Insoumis anéantis


    La votation, comme disent les suisses qui ont inventé ce mot, ce n’est pas la démocratie. La démocratie est une utopie, la votation est un combat. Quand on perd une élection on n’en meurt pas, on est juste anéanti. Mais c’est un peu pareil au fond.
    Les votations se suivent et ne se ressemblent pas. Ami électeur, si dès la première bataille que tu perds tu considères que, sans que ce choix ait obligatoirement ton approbation, tu n’a plus qu’une possibilité de vote au prochain scrutin, c’est que tu te soumets. Et si tu ne va pas voter ou voter blanc à ce scrutin, ça veut juste dire qu’en plus d’avoir perdu tu es mort. 


L’imposture est une seconde nature en politique.  Les systèmes Républicains prétendument démocratiques (gouvernement du peuple) mais en fait aristocratiques (gouvernement «des meilleurs») ne peuvent régner sans force boniments puisque la légitimité de ces nouveaux aristocrates reposent sur une reconnaissance par les urnes.  La démocratie est donc une illusion, surtout sous régime Ve République, c’est à dire Présidentiel voire en pratique carrément monarchique. C’est pour cela que vous, les Insoumis de la France dite Insoumise, vouliez revoir les institutions politiques française. C’est pour cela que la France Insoumise proposait au peuple de France une VIe République. Magnifique idée que celle là puisque ce devait être au sein même de ce peuple, par simple tirage au sort idéalement ( certaines idées préconçues ayant la vie dure ce n’est pas tout à fait ce qui était prévu ), que devaient être désignés ceux qui en écriraient les premières lignes.
Au soir du 23 avril 2017, ce rêve tournait hélas au cauchemar.  La VIe République est désormais rangée au placard des belles idées mort-nées. Dans l’attente le prétendant au trône Emmanuel Macron fête avec morgue son triomphe au Fouquet’s, c’est à dire en un de ces endroits à la mode où le petit peuple n’a pas table ouverte. Car ne nous leurrons pas, tout se termine normalement ici, l’autre prétendant, en fait une prétendante, n’étant qu’un leurre offert à une partie du peuple et aussi un épouvantail fourni à l’autre partie du peuple.  Amis, veuillez lire ça, si vous avez le temps où il est notamment écrit que « le réflexe républicain écartera l’extrême droite …c’est donc boulevard et tapis rouge pour Macron.»



 - Alors que faire ?


     - D’abord réfléchir...  La précipitation est mauvaise conseillère !  Écouter aussi... Écouter tout le monde car qui n’écoute qu’une cloche n’entend qu’un son. Nous devons toutefois nous méfier des médias. «Se méfier», me direz-vous, nous savons faire... Erreur bien sûr car les médias rendent sourd. Il se trouve justement que ce sont les petites voix, celles qui insistent dans leur coin sans jamais être entendues qui souvent lèvent les doutes.






Connaissez-vous le film «12 hommes en colère» ? Celui-ci présente comment, après de longs palabres, triomphe la sagesse au sein d’un groupe de jurés d’assise, laquelle permet de sauver la vie d’un innocent.
« 12 hommes en colère »
(Image du film)
Le scénario du film sert de révélateur des motivations et des préjugés d'hommes issus de milieux différents. L’histoire se fini bien pour l’accusé innocent alors qu’au début des discussions il n’y avait qu’un seul et unique juré pour exprimer ses doutes.



    Voici les miens :

En quoi Madame Le Pen serait-elle pire que le pire qui puisse nous arriver, à savoir l’élection du parfait ennemi du peuple français représenté par Monsieur Macron ?


L’accusation repose sur deux postulats supposés indiscutables : - Le FN est un mouvement fasciste (1) ; - Le FN est un mouvement d’extrême droite. (2)

- 1) Donc le FN est-il vraiment fasciste ?  Et tout d’abord qu’est-ce que c’est que le fascisme ?

Pour Wikipedia «Le fascisme est un système politique autoritaire qui associe populisme, nationalisme et totalitarisme au nom d'un idéal collectif suprême.»
- Le FN est-il autoritaire ? Le FN veut être sévère avec les délinquants. Le FN soutient la police. Il va armer les polices qui ne le sont pas encore. Donc le FN est effectivement autoritaire.
- Le FN est-il populiste ? Madame le Pen s’adresse toujours au peuple, donc admettons ce qualificatif.
- Le FN est-il nationaliste, (ou «souverainiste») ? Pas de problème puisque Madame Le Pen elle-même s’en revendique. Donc le FN est effectivement Nationaliste.
- Le FN est-il totalitaire ?  Là nous serons tentés de nous demander si c’est vraiment important vu que nous vivons déjà sous un régime totalitaire. Nous savons bien qu’«il n'y a pas d'alternative» à la politique et aux réformes imposés par le système, que, même si des alternances apparentes droite-gauche et gauche-droite sont possibles la seule politique est celle qui se décide à Bruxelles ou à Washington de manière tout à fait totalitaire sachant «qu’il n’y a pas d’alternative» quoique puisse exiger la rue (veuillez m’excuser d’insister mais je pense que ce n’est pas évident pour tout le monde, et pourtant!).   Ce faisant le FN proposait d’atténuer ce totalitarisme par une ouverture à des référendums d’initiative populaire. Il propose aussi quelques révisions constitutionnelles, lesquelles ne pourront plus être faites que par voie de référendums. Sans aller jusqu’à proposer de tout bouleverser comme le voudrait la France Insoumise avec sa VIe République, le FN a incontestablement une vision plus démocratique de ce que doivent être les institutions politique que ce qu’elle sont déjà. On ne peut donc pas dire que le FN soit un partit totalitaire.
En conséquence de quoi il manque un élément pour faire du programme FN un fascisme.

Certes le côté «autoritaire» est à lui seul assez inquiétant. Mais ce n’est hélas pas une spécificité et la tendance actuelle du régime déjà en place est aussi policier. Par ailleurs l’état d’urgence c’est bien le régime et le Président actuel qui l’a mis en place.


- 2) Donc le FN est-il vraiment d’extrême droite ?  Et tout d’abord qu’est-ce que c’est que l’extrême droite ?

On ne peut pas donner de définition à l’extrême droite, ni même peut-être à la droite. En fait il en existe plusieurs. Cette notion est subjective.  La droite est supposée représenter la bourgeoisie, pendant de la gauche qui est sensée représenter la masse de tous les autres, surtout les milieux ouvriers et notamment le prolétariat. La droite extrême se veut pour certains très catholique, pour d’autres fascisante alors que la logique serait celle d’une représentation de la très haute bourgeoisie et/ou de la haute finance. On comprend vite que ces représentations tournent vite à l’imposture qui, comme indiqué au début du propos, relève de la nature même du discours politique.
    Je serais tenté de dire qu’en réalité l’extrême droite, la vraie, c’est à dire celle de la haute finance est tout simplement déjà au pouvoir. Monsieur Macron l’incarne le plus parfaitement et donc mieux que Madame Le Pen.   Bien mieux également que Les Républicains (LR) représentant surtout la bourgeoisie moyenne et les professions libérales. Madame Le Pen, qui s’adresse surtout aux tout petits patrons et aussi aux salariés moyens terrorisés par la crainte d’une déclassification sociale, d’où certaines considérations xénophobes, est certainement la plus au centre de tout ce bazar de droite !

Donc NON, Madame Le Pen n’est pas d’extrême droite.


Je pourrais arrêter ici mon propos puisque j’ai démontré que Madame Le Pen est innocente des horreurs dont on l’accuse. Vous pouvez maintenant regarder ce qu’elle propose sans à priori et les comparer avec les perspectives offertes par Monsieur Macron.  Pas de planification écologiste chez Madame Le Pen, pas grand chose d’écologique non plus chez Monsieur Macron. Madame Le Pen arrête la destruction du code du travail et abroge la loi travail, rien de tel chez Monsieur Macron qui promet pire au contraire et tout à l’avenant...  Tous les deux sont de droite et ce faisant les deux expriment un même mépris des classes inférieures, surtout de l’étranger pauvre pour le FN, de tout le monde hors l’Èlite pour En Marche quand Les Républicains (LR) sélectionnent un peu plus, les fonctionnaires et les chômeurs étant tous plus ou moins considérés comme des fainéants... Caricatures ? Non ces suggestions sont réelles bien que rarement explicitement exprimées.  La médisance douteuse est bien de droite, de toute la droite !   Mais parler de «haine» est exagéré. Il convient juste de remettre ces idioties à leur place.


 Permettez tout de même, puisqu’un procès d’intention fut ouvert sur Madame Le Pen, bien que refermé (enfin j’espère), que soit fait un petit état complémentaire : Le régime autoritaire, élitiste, mondialiste et totalitaire de Monsieur Macron c'est quoi ?  Je n’ai pas trouvé ça sur Wikipedia et si vous n’avez pas mieux appelons-le Macronisme.
   Le Macronisme est, à priori, aussi dangereux qu'un fascisme !  (un vrai fascisme.)

N’oubliez pas aussi que la guerre menace, en fait elle est déjà présente mais les quelques retours sous forme d’un terrorisme marginal ne sont rien à côté d’une vraie guerre. Voyez qui est belliciste et qui ne l’est point !

Merci de m’avoir lu, qu’on se le dise et répète partout ! («Partagez» comme on dit maintenant !)

N’oubliez pas de voter ce premier dimanche de Mai !



Aucun commentaire :

Publier un commentaire