dimanche 30 juin 2019

Comment les médias fabriquent le déni.

Aujourd'hui je voudrais vous parler d'une émission de France2. Elle est passée à l'antenne le 20 juin. Vous pouvez la revoir ici
Image du début de l'émission


 Je l'avais raté car je ne regarde quasiment plus France2, ni les autres chaînes d'ailleurs. Dire qu'il y a quelques mois à peine jamais je n'aurais manqué un tel documentaire ! Celui-ci nous annonce la fin du monde... Excusez du peu !  Aujourd'hui l'information n'est plus à la télé, encore moins dans les journaux qui se copient les uns les autres et la radio n'est plus qu'une télé sans les images.  Il y a longtemps que je ne fais plus confiance aux médias mais j'étais tout de même resté ces dernières années encore un peu accroc à la télé, probablement par habitude et aussi parce qu’il y a dans cette boite magique de la distraction facile. Ma télé n’était déjà plus qu’occasion de voir et revoir par exemple des vieux films mais quasiment plus rien d’autre sauf, quelquefois, lorsque je me laissais entraîner par de potentiels avènements, tel ceux qui, par exemple, vous oblige à regarder les quelques émissions politiques de référence dont on veut pouvoir discuter. Cela est d’ailleurs encore vrai aujourd’hui car j’ai encore deux téléviseurs à la maison sauf que maintenant j’en rate puisque je ne lis plus les programme TV ! ( Ceux qui n’ont plus du tout de poste ont raison mais moi je n’ai pas encore passé ce cap. )  Bref, tout de même à mes époques de dépendance si le journal programme-télé m'avait annoncé un documentaire sur la fin du monde, il est sûr que je n'aurais pas manqué celui-ci !

Je pense qu’il y a, hélas, encore un majorité de gens très accros à leur télé et à ses vérités d’Évangile. Je dis «hélas» parce que si cette info en est bien une, les intentions des réalisateurs sont loin d'être bien honnêtes ainsi que nous allons le voir.

Aujourd'hui il y a l'Internet qui pose un sacré problème aux donneurs de leçon qui trônent à la télévision. En conséquence de quoi la pensée unique se fissure de partout et même si celle-ci continue de dominer, il existe des vérités si graves qu'il devient impossible de les garder secrètes. Ainsi en est-il de l'effondrement proche de notre civilisation et de la société de consommation à outrance. Pour les ex-détenteurs du monopole de «l'information» autant en parler tout de même puisque tout finira par se savoir. D'autant que cela est possible sans rompre l'air du temps et, vous le verrez, tout est dans la manière.


Lorsqu'on nous parle d'effondrement, de quoi s'agit-il donc ?  Là, le sujet n'est plus au réchauffement climatique, aux pollutions ou autres dégradations du cadre de vie mais à leurs conséquences globales, voire au pire : Allons-nous tous en mourir ? Pour autant titrer sur la «fin du monde» comme l'ont fait les réalisateurs de l'émission de france2 est exagéré car à la base c'est d'un simple décrochage de la croissance auquel il faut s'attendre, la croissance faisant parti de ces choses qui ne montent pas au ciel. Ce décrochage est une certitude, la fin du monde beaucoup moins. Ce décrochage, ou «effondrement», sera celui de l'économie réelle, raison pour laquelle ce sera très grave de toute façon. L'effondrement est un concept nouveau et sa science la collapsologie l’est aussi. Certes, Monsieur Dumont  parlait  déjà un peu, c’est à dire dès 1974 d’effondrement mais c’était quand il exagérait plus ou moins à dessein où lorsqu’il nous mettait en garde sur le pire à venir pour le cas où, justement, nous ne réagirions pas car, à cette époque là, des changements en douceur étaient encore envisageables. Il n'empêche, l'effondrement, en tant que concept c'est maintenant et en tant que vécu c'est pour très bientôt.

Ne comptez pas sur France2 pour vous expliquer l'effondrement. Tout ce qui a été dit l'autre soir dans «Complément d'enquête. Fin du monde : et si c'était sérieux ?» c'est seulement du genre «certains prédisent que...». Il vaudrait donc mieux se renseigner ailleurs, et un petit dessin valant mieux qu'un long discourt je vous recommande plutôt de regarder ça .
Image : Début de la vidéo
Vous pouvez aussi lire le premier livre de Pablo Servigne «Comment tout peut s'effondrer», Éditions du Seuil, ISBN 978-2-02-122331-6.   Monsieur Servigne est en effet actuellement le plus connu des spécialistes de l'effondrement. Dans le «Complément d'enquête» de France2 il apparaît à 10mn du début mais tout ce qu'on y apprend c'est que ses livres ont du succès. Par son «Complément d’enquête» France2 ne veut, en réalité pas du tout le mettre en valeur et ses compétences y semblent limitées à l'agronomie (alors qu’il est, notamment, doctorant en éthologie et qu’il dispose aussi de fortes bases de sociologie). Ce monsieur fait de nombreuses conférences. Celles-ci constituent un bon moyen de connaître ses idées ainsi que lui-même. Dans l’attente je vous recommande sa rencontre avec François Ruffin : «Une dernière bière avant la fin du monde» Ce monsieur est passé aussi dans Thinkerview.

Image de la vidéo : Servigne et Ruffin
Pablo Servigne  et  François Ruffin
 Vous verrez ensuite le documentaire de France2 d'une autre manière. Les  collapsologues n'y sont pas à leur avantage d'autant que l'émission commence très «people» avec la surnommée «Clem», son envie de vivre à la campagne et ses folles déclarations. Si toutefois vous y croyez tout de même un petit peu vous serez vite refroidi car avec l'effondrement et les pénuries c'est d'après France2 un monde hyper-violent qui nous attend.  Mensonges ! Ces gens n'ont pas lu Servigne (ou ils font semblant.)  Car ce monsieur nous dit bien qu'après l'effondrement, certes la vie sera dure, avec même peut-être des morts victimes de pénuries temporaires mais nullement violente. Nous devrions même assister, au contraire, à un retour de l'entraide et de la solidarité car ce sera là-même la condition de survie de tout un chacun comme de l'espèce et c'est bien l'entraide et la solidarité qui sauvera le monde. Cette future société d'entraides est une obligation, pas un choix, donc elle sera. Ceci dit oui, au début, une certaine violence pourrait s'abattre sur les quelques responsables de l'ancien monde mais ce point là sera anecdotique.

Dans l'attente, actuellement c'est France2 qui rend quelques derniers services à la mafia prédatrice qui profite pour quelques temps encore du monde actuel. Lorsqu'une information sensible commence à se répandre autant la révéler tout de suite car laisser cette initiative aux autres c'est perdre de l'influence. Garder le contrôle de la sottise ambiante c'est aussi prolonger le pouvoir des maîtres actuels.
Cette émission n'était donc pas faite pour susciter l'adhésion mais pour faire peur et provoquer le déni. Ce n'est pas la première fois et au delà des apparences la télévision française n'est qu'une drogue faite pour détruire, pas pour penser. Par ses appels à l'émotion et non à la réflexion elle est venimeuse.  Les racines de la stupidité citoyenne ne sont peut-être pas à chercher plus loin. Qui peut croire à l’effondrement après ça ? Certaines images rendent vulnérables car ce sont des impostures. La supposée folie des uns devraient obliger à se regarder dans une glace. Ainsi notamment du climato-scepticisme et de la xénophobie qui affecte déjà anormalement un grand nombre d'esprits naïfs en France. Le «collapso-scepticisme» c’est pour bientôt !  






Aucun commentaire :

Publier un commentaire